05.53.74.38.37 contact@vins-tso.com
Sélectionner une page

Sud-Ouest Rouge : Fronton

 

Château Clos Mignon – 50% Négrette

Château Clos Mignon – Pure Négrette

AOC FRONTON

Le Fronton est un vin français d’appellation d’origine contrôlée (aujourd’hui Appellation d’Origine Protégée, AOP) produit à cheval sur la Haute-Garonne et le Tarn-et-Garonne, entre Garonne et Tarn à une trentaine de kilomètres au nord de Toulouse, autour de la ville de Fronton.

Pour sa proximité avec la ville rose, Fronton est appelé le vin des Toulousains.

Dans 20 communes des départements de la Haute-Garonne et de Tarn-et-Garonne, le vignoble de Fronton s’étend sur trois terrasses fluviales de la rive gauche du Tarn qui datent du quaternaire. Par suite de mélanges dus aux dépôts irréguliers ou à l’érosion et aux remaniements superficiels, on rencontre une série de sols très variés. Trois grands types se distinguent :
Les boulbènes : les alluvions (galets, graviers, sables et limons) provenant des régions du Massif central, drainées par le Tarn et ses affluents, se caractérisent par une teneur élevée en silice et par l’absence de calcaire. Elles forment un manteau superficiel sur le substrat molassique (boulbènes blanches, constituées d’horizons limono-argileux sans éléments grossiers, boulbènes sableuses et boulbènes caillouteuses formées de graviers et cailloux avec un horizon argilo-limoneux-caillouteux).
Les rougets, sols argilo-limoneux qui contiennent jusqu’à 30 % d’argile.
Les graves constitués de nombreux cailloux et graviers en surface et d’argile en profondeur.

l’AOC fronton est un vin obtenu à partir d’un vieux cépage, la négrette, à raison de 50 % minimum et des cépages syrah, côt (Malbec), cabernet franc, cabernet sauvignon, fer servadou, gamay, Cinsault et mérille. Le cépage Négrette est également utilisé aux États-Unis sous le nom de « Pinot St. George ».

La Négrette, l’exclusivité de Fronton

D’un point de vue génétique, la négrette est reliée depuis longtemps par les ampélographes à la grande famille des « cotoïdes », emblématique du Sud-Ouest. On a longtemps supposé que le côt était en quelque sorte le « patriarche » de cette famille, mais on a récemment montré (J.-M. Boursiquot et al., 2008) que ce dernier était lui-même issu d’un croisement entre le prunelard N et la magdeleine noire des Charentes. À ce jour, on considère donc que l’ancêtre fondateur de cette famille est le prunelard.

D’autres cépages de la région s’y rattachent : la mérille, le valdiguié, le tannat, etc. La génétique n’a pas encore pu établir la parenté exacte de la négrette, car quelques « chaînons manquants » ne figurent pas en collection, mais les valeurs des différents marqueurs génétiques permettent avec une bonne probabilité de rattacher effectivement la négrette à cette grande famille.

Dans l’ampélographie de Viala et Vermorel (1902-1910), la négrette est signalée dans le vignoble de Gaillac « depuis un temps immémorial », avant de s’étendre le long de la vallée du Tarn en Haute-Garonne et en Tarn-et-Garonne. Au début du xvie siècle, il est fait mention à Gaillac de « vins noirs » (par opposition aux clarets), composés de prunelard et de « négremal » (négrette). Puis, régulièrement, le « négret de Gaillac » est cité dans la littérature comme étant de la négrette. Il en a effectivement été retrouvé, ce qui a permis de le confirmer.

Une légende voudrait que la négrette ait été rapportée de Chypre par les Hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui avaient établi une commanderie à Fronton à partir du xiie siècle. Ce cépage aurait été nommé Mavro à Chypre (« noir » en grec), ce qui aurait dérivé en « négrette » au cours des siècles. L’Ordre avait certes son siège à Chypre, où il existe un cépage Mavro encore de nos jours.

Côté voyages, la négrette est passée vers les Charentes et l’île de Ré, et jusqu’en Vendée, où elle a pris le nom de « petit noir », « ragoûtant » ou « dégouttant » (probablement avec deux t, dans le sens de « juteux, qui coule »). On la retrouve aussi parfois dans l’Aveyron. Enfin, en Californie, où elle avait été dénommée « pinot saint georges » (nom interdit aujourd’hui), on en trouve une centaine d’hectares.

Côté diversité, le cépage est très riche. Il existe des types à feuilles très découpées, et d’autres à feuilles entières, et de très nombreuses variations (génétiquement stables) concernant la taille et la forme des grappes. Au conservatoire, où sont regroupées 190 origines, cette diversité est très marquante, et une parcelle d’étude de certaines origines repérées dans le conservatoire a été implantée. Son objectif à moyen terme est la multiplication de types différents de ceux qui sont aujourd’hui disponibles, si ceux-ci s’avèrent intéressants pour la viticulture (ce qu’il nous faut vérifier).

C’est donc un cépage probablement très ancien, certainement d’origine régionale, présentant une grande diversité intravariétale. Il est peu diffusé aujourd’hui en dehors de Fronton.

ADRESSE

Z.A. La Palanque
24500 EYMET

Contact

Tél : 05.53.74.38.37
Mail : contact@vins-tso.com

Horaires d’ouverture

du lundi au vendredi
8h – 12h | 14h – 18h